Notre vision est de maintenir la compétitivité du café haïtien sur les marchés mondiaux tout en conservant l’écosystème lié à la culture

Ecologie du Cacao

Imprimer

La température

Dans la plupart des endroits où le cacao est produit, les températures moyennes fluctuent entre 25 et 26 degrés C°. Cependant, on trouve des plantations commerciales avec de bons rendements dans les zones où la température moyenne est 23 degrés C°.  Bien que plusieurs facteurs influent sur la température, comme la latitude, la topographie, la nébulosité et les précipitations, les influences de plusieurs de ces facteurs peuvent être modifiées avec l'utilisation de l'ombre.

La température et les précipitations sont les aspects environnementaux qui peuvent limiter les zones propices au développement de la culture du cacao, car ceux-ci sont considérés comme des facteurs climatiques critiques pour son développement.  Bien que dans certaines zones géographiques, le vent peut être le facteur limitant le plus important sans tenir compte de l'un des autres.  Le rayonnement solaire est également considéré comme un facteur important.

L'eau

Les besoins en eau du cacaoyer sont estimés entre 1500 et 2 500 mm dans les zones basses et chaudes et de 1 000 à 1 500 mm dans les zones de plus grande altitude ou plus frais.  Généralement, dans la plupart des régions productrices de cacao du monde entier, la quantité de pluie dépasse l'évapotranspiration, cela nécessite des sols bien drainés pour éliminer l'excédent.

De même, la répartition des précipitations mensuelles joue un rôle important autant par son manque que par son excès. Si la saison sèche est relativement prolongée dans une zone, la récolte peut être concentré sur de courtes périodes, tandis que dans les endroits où il n'y a pas de périodes sèches prolongées, une récolte permanente peut être obtenue tout au long de l'année, généralement avec deux ou trois pics de production peu prononcés.

Les vents

Les vents sont les ennemis du cacaoyer, des vents constants ou des brises font que les plantations de cacao perdent de l'eau et les feuilles ferment leurs stomates et s'arrêtent de travailler, celles-ci se dessèchent et meurent, face aux vents intenses. Les feuilles tombent prématurément, surtout à une vitesse supérieure à 4 m/seconde.

Dans les zones côtières où les vents sont très fréquents une partie de l'année et peuvent atteindre des vitesses considérables, le plus recommandé est l'utilisation de rideaux coupe-vent.  Dans les cas où les vents sont légers, les arbres d'ombrage protègent généralement suffisamment le cacao.

 


 

Ombrage

Le cacao à l'état naturel vit en association avec d'autres espèces végétales comme les palmiers, les arbres et les buissons. Le cacao est dit ombrophile, car sa culture est traditionnellement faite sous ombrage. Cependant, dans la plupart des zones traditionnelles de culture du cacao, il est difficile d'installer une plantation de cacao en plein soleil, en raison des graves problèmes que favorise la croissance des mauvaises herbes et le contrôle des insectes. Ce qui rend pratique que pendant au moins les deux à trois premières années de la plantation qu'il y ait un bon ombrage temporaire.

De manière générale, le degré de l'ombre adéquate pour le cacao est de 50 à 70 % pendant la phase de plantation (ombrage temporaire) tandis que pour les plantations adultes où l'ombrage entre les cacaoyers est important, l'ombrage peut être abaissé de 25 à 35 % pour une croissance optimale des plantes. Reste à dire que l'excès d'ombre est néfaste, mais aussi sa rareté peut être fatal pour la plantation de cacao. 

Il n'y a pas de définition rigoureuse du nombre d'élagages ou de réglementations d'ombre qui doit être fait par an, car cela dépend d'aspects tels que les espèces d'ombragères utilisées, les distances de plantation des deux plantes, la gestion reçue par la plantation, le climat et le sol où la plantation est plantée.  Il est recommandé que ce travail soit effectué en permanence, en régulant l'ombrage dans les secteurs de la plantation qui le mérite.  Il est important de préciser que la réponse aux pratiques de fertilisation dépendra de la bonne gestion des ombres.

Lancement du Projet «Leve kafe » qui vise à soutenir l’agroforesterie dans les bassins caféiers dans les communes de Thiotte, de Dondon et de Baptiste. Ce projet mise en œuvre par l’INCAH bénéficie du financement de l’Agence française de développement (AFD).
Plus d'un million de plantules subventionnées cette année, 15 centres de préparation de café réhabilités et deux (2) nouveaux centres construits. Un effort à apprécier à sa juste valeur.

Organisme public
autonome à but non lucratif
créé en février 2003

Damien, MARNDR, Route National #1, Port-au-Prince,  Haiti, 1441
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Téls:  (509) 2228-3070 / (509)-3765-7511

Webmail


Copyright 2022 - Tous droits réservés

Wednesday the 7th. Notre vision est de maintenir la compétitivité du café Haïtien sur les marchés mondiaux tout en conservant l’écosystème associé à la culture
Copyright 2012

©